Nos dernières infos...

1411973188



Suite à la lettre anonyme que nous avons reçue il y a quelque temps, nous développons aujourd’hui une incohérence de fonctionnement dans le Département.

 



L’ADREUC « Association pour  le Développement  des  Rencontres et des Echanges Universitaires et Culturels » est une association créée par le Conseil Général de l'Aude.

Selon son site cette association se consacre à l'élaboration des projets culturels et au développement de la recherche universitaire. « La relation entre l'ADREUC et ses partenaires est de nature courtoise basée sur l'échange et la mise en commun des expériences ».( http://www.adreuc.com/).

 

Cette association se compose d’une présidente et d’une trésorière, sont but semble être la mise en relation entre différents acteurs afin de promouvoir une université d’été s’étalant sur 28 jours disséminés de mis juin à mis novembre.

Le blog de l’association s’arrête le 17 octobre 2012 et le tableau des universités 2013 est toujours en ligne. Il nous a été difficile de trouver le programme 2014, hormis pour  l’université cette fois de Lastours du 31 juillet au 02 août 2014.

 

Cette association ne paraît pas sur le Journal officiel, n’étant pas immatriculée, la subvention qui lui est versée est en contraction avec le règlement d’attribution édicté par le Conseil Général, cependant l’association engrange 17 000 euros tous les ans. Lors des festivités il est courant de découvrir sur les plaquettes publicitaires la mentions suivante : «  Apéritif offert par le Conseil Général »

Pour vous donner une idée, lors de l’université d’été des 22 et 23 août 2013 les frais d’inscriptions étaient les suivants :

 

« Les frais d’inscription comprennent la participation aux deux journées de formation, les cours théoriques, les ateliers de traitement, les conférences et le dîner de bienvenue.

Thésards - Enseignants universitaires 485 €

Non universitaires 675 €

 

Tout participant à l’université d’été bénéficie d’une remise de 70% (soit la licence à 175 €ht*) sur l’achat d’une licence d’Alceste durant ces journées. » 

 

Ne vous semble-t-il pas que cette action ressemble fortement à du commerce, il est vrai que la société IMAGE est partenaire privilégier de L’ADREUC, doit-il en résulter la promotion du logiciel ALCESTE développer par cette société.  

 

Nous avons croisé les données avec les associations qui participent à l’université d’été et non seulement ces dernières sont les organisatrices des colloques, stages ou autres contenus, mais elles engrangent également les subventions du conseil général, de la DRAC, de la mairie de Carcassonne, voir de la communauté d’agglo.

 

Dans quel but et pourquoi cette association a vu le jour, nous ne pouvons nous empêcher de penser à l’interview de Anne Bresson ex-directrice du centre d’étude du Catharisme. 

http://almouni.blogzoom.fr/746885/Anne-Brenon-sa-demission-du-centre-d-etudes-cathares/

 

Enfin il est toujours facile de faire des largesses avec l’argent des contribuables !
Payez vos impôts vos élus seront les redistribuer.

1422547773



Pièces à conviction - Nos très chers sénateurs
Diffusé  mercredi 28-01-15 à 23h15 sur FR3

 

L'émission lève le voile sur les coulisses du Sénat, une institution dont le détail du budget est tenu secret et échappe au contrôle de l'Etat. Plusieurs scandales ont pourtant secoué la Haute Assemblée, comme des retraits d'argent en liquide, l'utilisation frauduleuse des moyens du Sénat, ou encore le détournement de la réserve parlementaire. Ces affaires ont affaibli les sénateurs, dont l'efficacité dans l'élaboration des lois est désormais remise en cause. Certains remettent en question l'existence même du Sénat et de ses 35 000 mètres carrés dans un palais en plein cœur des jardins du Luxembourg, à Paris.

 

 

Salaire et avantages d’un sénateur

 

5 500€ net mensuel

6 000€ net de frais sans justificatif et non imposable

7 500€ pour des assistants

10 000€ tous les six ans de frais informatiques

Un forfait téléphone

Les nuitées d’hôtel à Paris les jours de séance

 

Soit 23 500€ par mois


Il existe une réserve parlementaire d'un montant de 130 000€ par an et par sénateur qui est distribuée en fonction de besoins électoraux.

Et le « TOP » une subvention de 13 millions d’Euros, soit 40 000€ par an et par Sénateur attribuée aux groupes et sous-groupes politiques utilisée on ne sait véritablement comment.

 

Il fait bon d’être fonctionnaire au Sénat (ce n’est pas le cas de tous les fonctionnaires Police, Infirmière etc…..)

Le sénat répertorie 1 200 fonctionnaires dont la semaine est de 32 heures avec 9 semaines de congés payés.

Les salaires de début de carrière sont les suivants :

2 500€ mensuel pour un jardinier ou un agent d’entretien

5 000€ mensuel pour un chauffeur, une secrétaire

5 000€ pour un huissier

5 000 / 10 000€ pour un administrateur

20 000€ pour le Secrétaire Général du Sénat

 

Prime de chauffage 4 000€ par an ramenée dernièrement à 3 300€ par an sous appellation de prime de logement.

 

Au cours de ce reportage est interviewé le questeur du Sénat Monsieur Bernard Saugey, un homme imbu de sa personne, qui se gausse dans son « embonpoint » d’avoir accès au restaurant du Sénat, qui le nourrit pour la modique somme de 16€45 et 26€70 pour les extérieurs, d’un repas gastronomique aux frais du contribuable.

Ce Monsieur dans l’interview trouve normal de ne pas dévoiler les comptes détaillés du Sénat car les contribuables ne sauraient ni les lire ni les comprendre !


Nous vous invitons à suivre sur FR3 Replay ce reportage.


1420656551




Toutes nos condoléances aux familles des victimes de l'attentat contre le magazine Charlie Hebdo.

1420112446



Meilleurs vœux pour cette nouvelle année
De la part du Bureau.

 

Que les hommes politiques redeviennent humbles.

Qu’ils perdent leur vénalité

Qu’ils soient moins généreux avec votre argent

Qu’ils arrêtent de dilapider vos impôts, dans les projets qu’ils ambitionnent.

Qu’ils soient soucieux de vos opinions et prennent en compte vos idées et non pas celle des minorités.

Qu’ils soient punis, s’ils ne sont pas exemplaires.

 

En fait qu’ils soient vertueux.

 

Le président

 

1419422976




Joyeux Noël

1419239420
1419239262
1419238502



Palaja ou la folie des dos « d’Anes »

 

Il y a quelque temps des ralentisseurs de deux types ont fait leurs apparitions sur la commune de Palaja. Les ralentisseurs de type écluses doubles et trapézoïdaux.

 

Si la démarche impulsée par certains administrés de ralentir la vitesse est louable. La prise en compte des types de ralentisseurs, leurs implantations, les normes les régissant auraient été tout aussi louables.

 

Las Ortas pourrait-être comparée au Canal du Midi ! ….

Elle a été dotée de nombreux systèmes de ralentissements nommés «  écluses-doubles » sur une grande partie de sa chaussée.

A la vue du trafic sur cet axe nous nous interrogeons sur l’utilité de faire ressembler cette voie à un circuit de karting, en effet ce type d’encombrement n’est pas toujours efficacement si le trafic est trop faible, il aurait même tendance à pousser certains conducteurs à accélérer leur véhicule afin de ressentir une conduite plus sportive, (que penser si ce dernier est sous l’emprise de l’alcool ou de stupéfiant.)

 

Pour les ralentisseurs de types trapézoïdaux, les normes sont plus draconiennes.

Le schéma donne les dimensions pour un ralentisseur d’une hauteur de 10 cm, la longueur du rampant est de 1 mètre pour une pente à 10% et de 1,40 mètre pour une pente à 7%, la longueur du plateau doit être au minimum de 2,50 mètres

 

Dans Palaja la hauteur des ralentisseurs est de 0,12 cm dans la majorité des cas (voir 0,16 pour certains), la longueur des rampants devrait être de 1,20 mètre pour une pente à 10% et de 1,71 mètre pour une pente à 7%. Elles auraient plutôt tendance à se situer en deçà des normes puisque la longueur des rampants est de 0,84 mètre en moyenne, générant du fait des pentes entre 14 et 15% voir plus, ce qui rend les ralentisseurs hors normes. Quant à la longueur du plateau elle oscille autour de 2 mètres.

 

Nous rappelons que les ralentisseurs sont interdits sur les voies dont la déclivité est supérieure à 4 %, de plus il est mal venu d’installer c’est dernier à l’emplacement des plaques d’égout pour deux d’entre, nous rappelons que l’entretien de ces équipements doit faire l’objet d’un suivi sérieux de la part des municipalités qui les utilisent.

 

Pour la rue Captorta, nous nous interrogeons sur les motivations à placer deux ralentisseurs sur la plus forte déclivité de la voie, alors que le reste de l’axe est dépourvu de tout système. Les riverains du bas de cet axe seraient-ils contre ce type d’installation à moins qu’ils n’aient plus d’influences que les autres usagers ?

 

A-t-on pensé aux périodes neigeuses ou de verglas, alors qu’il est difficile d’emprunter la voie combat dels martyrs et la Captorta, que va-t-il advenir des automobilistes empruntant une chaussée verglacée, encombrée de ralentisseurs retenant la neige ou le verglas l’ensemble dans une côte à plus de 4%, les employés municipaux devront-ils être d’astreinte, ou la faute sera-t-elle rejetée sur la communauté d’agglo ?

 

Prions pour que la rue Comba dels martirs, dotée de 6 ralentisseurs types trapézoïdauxle et d’une écluse double ne deviendra pas cet été la piste à bosses des adeptes de quad et de motocross, et espérons que les adeptes de wheeling en scooter n’iront pas embrasser les clôtures des riverains

 

Un petit rappel juridique.

La responsabilité pénale du Maire peut être mise en cause :

- Pour manquement à l'obligation de sécurité et de prudence imposée par la loi et les règlements : article 222-19 du Code pénal relatif aux atteintes involontaires à l'intégrité de la personne et article 221-6 du Code pénal relatif aux atteintes involontaires à la vie en cas d’accident.

- Pour non-respect des normes même si aucun dommage n'est survenu : article 223-1 du code pénal relatif aux mises en danger d'autrui.


Maintenant il semblerait que dans le domaine de la sécurité en général, les élus de la commune de Palaja s’en remettent systématiquement aux jugements des constructeurs, nous espérons que la réception des travaux n’a pas été effectuée à l’aveugle sur de simples déclarations.

- 1 - - 2 - - 3 - - 4 - - 5 - - 6 - - 7 - - 8 - - 9 - - 10 - - 11 - - 12 -