Nos dernières infos...

1434701475


Quelles sont ces pratiques douteuses au sein de la politique Audoise durant les élections Départementales 




Il a quelques jours, il nous été rapporté des pratiques plus que douteuses lors des élections Départementales faites par le Parti socialiste Audois.

Des candidats d’oppositions au PS ont été sollicités au désistement entre les deux tours.

Jusque là, rien d’extraordinaire dirons nous.

La où l’histoire se corse, c’est que ce désistement était accompagné d’un emploi au Conseil Départemental au profit des « donateurs ».

Face à un refus, une seconde proposition naissait, à savoir une enveloppe contenant une certaine somme d’argent, probablement un achat des électeurs ;  puis finalement, la proposition ultime : un pavillon en pleine propriété.

 

Le refus des sollicités fut le même, c’est pourquoi aujourd’hui nous avons été informés des pratiques douteuses qui peuvent sembler récurrentes sur ce Département.

 

Pour notre part nous avons analysé ces trois propositions et avons étudié leur  faisabilité.

 

Pour la première, il est facile de remercier toute personne en créant de l’embauche  au sein du Conseil Départemental,  le clientélisme étant la base des élections, le nombre d’embauche dans les collectivités territoriales n’étant que le reflet de ces pratiques.

 

Pour la seconde  proposition pas de soucis, il est de notoriété publique que l’argent circule facilement en toute impunité au sein de la politique française, mais Chut il ne faut en parler ….

 

Pour la troisième nous nous sommes interrogés sur un système permettant une telle pratique.

 

Et nous avons trouvé une solution probable.

Faisant référence au scandale des HLM des Hauts Seine, nous avons recherché si cette pratique pouvait s’appliquer au Département de l’Aude.

 

Nous avons rapproché des éléments et une organisation qui potentiellement peuvent effectivement donner libre cour à ce type de pratique.

 

Nous avons relevé que le Conseiller Département du canton de Trèbes avait été désigné le 26 janvier 2015 comme représentant  afin de siéger au sein du Comité Régional de l'Habitat et de l'Hébergement (CRHH),

Que d’autre part il est :

- 1er vice-président de l’établissement public foncier Languedoc Roussillon,

- Vice-président, en charge du logement auprès de la vice-présidente de la commission sociale et enfance du Conseil Départemental,  canton de Narbonne 2,

- Président du bailleur social habitat audois, secondé par sa vice-présidente, la conseillère Départementale suscitée,

- Vice-président de l’office HLM ALOGEA,

- Administrateur de l'entreprise Marcou Habitat soc Coop Produc hlm l.r,

- Membre du Conseil fédéral de  Offices Publics de l’Habitat. www.foph.fr


Nous pensons donc que toutes les conditions requises sont en place pour permettre ce genre de dérives susceptibles de poursuites pénales si elles étaient avérées.

 

Pensez vous que nos taxes et impôts pourraient baisser ?

 

1433314465

Le pharaonique Hôtel de Région Languedoc-Roussillon (Montpellier) refuse aujourd'hui de laisser entrer les militants du Tour de France des contribuables, et appelle pas moins de... 4 voitures de police ! On croit rêver !


Voyez comment la future région sera dirigée
Pas de contestation !
Dictature ?
No comment !

1432799414


Nos recherches sur la composition des élus du Conseil Départemental de l’Aude nous ont amené à analyser comment le Département était soumis à l’autorité d’un petit nombre de personnes cumulant les postes à responsabilités.


En effet, il s’avère que de la commune au département nous avons retrouvé les mêmes noms, les mêmes personnalités, que ce soit au niveau politique, mais aussi au niveau associatif ou syndical. Quel que soit le poste occupé, le pouvoir de décision est soumis au bon vouloir d’une poignée d’hommes et de femmes qui s’accrochent à leurs mandats électifs.

De plus, il semblerait que les principales décisions relèvent à chaque fois de la plus haute instance  de la commune, de la communauté ou du département, agrémentée des gardes rapprochées respectives à chaque instance.

Il est courant de retrouver les battus d’hier aux postes départementaux aujourd’hui

Ne faut-il pas subvenir à ses besoins !

 

- Un département où le tourisme et l’agriculture sont les moteurs de l’économie. Surtout ne pas oublier les fonctionnaires d’état ou territoriaux qui participent amplement à la survie de ce dernier.

- Un département sans industrie, inondé de commerces et de zones commerciales où la population se rue afin de dépenser ses maigres revenus. Il serait cependant intéressant de se demander pourquoi la masse salariale ne représente qu’un tiers des sommes dépensées, le tourisme n’expliquant pas cette différence colossale.

 

- Un département rural ancré profondément dans les combats viticoles où le prolétariat doit combattre.

 

- Département où le suffrage universel se résume au vote familial résultant des  préconisations ancestrales où le bulletin déposé dans l’urne résulte des liens entre connaissances et des bienfaits dispensés aux moyens des différentes subventions récoltées à la sueur des contribuables compatissants.

 

- Un département qui englouti ses revenus dans le social et une bonne partie dans le paiement de ses employés avec un taux de chômage au dernier trimestre 2014 de 14,1% ; (chiffres INSEE).

 

Questions :

- Peu de PME et d’industrie viennent s’implanter dans le département ; le taux communal moyen de la cotisation foncière des entreprises serait-il trop élevé ? (26.99% en 2012 soit le 9ème rang des départements Français.

- Les amis des amis perdraient-ils leurs avantages et leurs préséances ?

- Les « estrangers » ne seraient-ils pas les bienvenus ?

- Ne faut-il garder le peu de manne financière pour les amis ?

- L’implantation d’usines ou d’entreprises ne pourrait-elle pas drainer des individus qui seraient des insoumis ?

- Les bénéficiaires d’aides sociales diminuant le remerciement aux bienfaiteurs seraient-il également en baisse ?

-  Ce vent nouveau bousculant l’archaïsme par des idées novatrices ne déstabiliserait-il pas la toile si durement tissée depuis tant d’années ?

 

 
Pour conclure nous nous interrogeons sur la structure moyenâgeuse de ce Département.
Sommes-nous au XXIème siècle ?

1432726078

     - 3 juin : CARCASSONNE.Rendez-vous à partir de 12h Place Carnot devant la fontaine.
Une Réunion publique aura lieu de 18h à 19h30 à l'adresse suivante :

Foyer d'Education Populaire Grezes-Herminis, hameau Herminis, 11 000 Carcassonne

Cette réunion publique sera animée par Eudes Baufreton, délégué général de Contribuables Associés, et Daniel Baqué, président de l'association Défense des Contribuables Audois. 

Merci de nous informer de votre venue en envoyant un mail à tourdefrance@contribuables.org.

1432121614

Clarification sur l’entrevue entre Monsieur le Maire de Palaja et les responsables de l’association DCA (Défense Contribuables Audois).

 

Le mardi 05 Mai 2015 à 11 h00, nous avons été reçus à notre demande par Monsieur Ramonda Maire de Palaja, afin de clarifier la situation du village dans divers domaines. Nous précisons que la réunion qui a duré une heure s’est bien déroulée, et qu'il n'a été proférée  aucune menace, comme certaines personnes le laisse à penser dans le village.

 

Depuis début mars, un bruit résultant d’un courrier anonyme déposé dans certaines boites aux lettres circulait dans Palaja sur la future création d’un lotissement de 80 logements sociaux.

Monsieur le Maire nous a indiqué qu’il avait publié un démenti dans le Palaja en bref et qu’il n’était pas au courant de ce type de construction sur le village.

Il nous a fait remarquer que la DDTM ne serait plus engagée dans l’instruction des dossiers de construction au profit des services de l’agglo qui feraient ce travail incluant un coût pour la commune, le maire restant maître des dossiers.

M. le Maire : « À ce jour , tout ce qui a été signé, l’a été par l’ancien maire et nous « nous avons eu le bébé ». Pour le moment tout est en stand by hormis les lotissements en cours :  la Requesta, dernière tranche non signée. »

 

Nous avons évoqué le danger que pourrait générer le bassin de rétention des eaux pluviales  du lotissement de la Réquesta et avons sollicité les conclusions de la DDTM ou d’un organisme agréé dans la réception de travaux du type Dekra ou SOCOTEC, car il semblerait que la municipalité fasse entièrement confiance à l’ingénieur du lotisseur.

Monsieur le maire à été évasif et peu enclin à nous fournir les documents justificatifs  aux contrôles susnommés, se retranchant derrière le lotisseur. Nous lui avons alors fait remarquer  qu’il était pénalement responsable en tant que personne morale. Nous avons alors renouvelé notre demande concernant les documents d’urbanismes de La Requesta et de la Perdigola - nous sommes toujours dans l'attente !!

 

Le maire nous a fait remarquer que nos demandes donnaient du travail aux employés municipaux. Par contre nous lui avons indiqué que nous pouvions récupérer les documents sous forme de fichiers informatiques, ce qui simplifierait le travail et nous éviterait de payer les photocopies.

 

Nous avons abordé le sujet des ralentisseurs et leur mise en conformité. Monsieur le maire nous a contredit l’information du palaja en bref qui indiquait que le coût de mise aux normes serait à  la charge de l’entrepreneur, nous indiquant que la mairie s’acquitterait du coût de la normalisation, et qu’un second programme serait mis en place courant 2015.

 

Nous avons fait remarquer que les comptes rendus du conseil municipal n’étaient plus en ligne sur le site internet de la commune depuis les dernières élections municipales. Monsieur le Maire nous a indiqué que ce n’était pas obligatoire, mais que l’employée qui en avait la charge n’avait pas encore été formée, suite au départ de sa collègue, nous rappelons que les élections remontent  à 13 mois !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

 

Nous avons posé quelques questions que nous ne traiterons pas aujourd’hui, car également sans réponse, nous voyant renvoyés sur l’adjoint traitant du sujet.

 

Monsieur le Maire nous à fait remarquer qu’il aimait son village et qu’il se sentait suspecté par notre démarche. Nous avons alors tenté de le rassurer en lui expliquant que nous avions rien contre lui, ni contre qui que ce soit, le législateur ayant donné à tous citoyens le droit de contrôler le travail des élus et l’utilisation des fonds publics.

 

Bien que notre démarche semble gêner un bon nombre d’élus, cette dernière est pour la bonne utilisation de nos impôts et il serait de bon aloi que notre démarche soit reprise dans chaque recoin du Département.

1431938170

Voici copie du MMS reçu dans la soirée de Samedi de la part de la journaliste/enquêtrice de M6 "Capital" qui a effectué le reportage sur Carcassonne.

Nous nous excusons de l'annonce que nous avons faites antérieure à la réception de ce message.
1431938044
1430723635

Voici les Conseillers  Départementaux restants, ainsi que leurs mandats. Espérons que certains ne seront pas uniquement présents pour valider les décisions prises par le seigneur du château et sa garde rapprochée

A moins que l’indemnité ne compense la frustration.

 

 
Régis BANQUET

Informaticien.

Maire d’Alzonne, 1 438 habitants, 1 634 €.

Président de Carcassonne Agglo, 105 104 habitants, 5 512 €.

Conseiller départemental du canton de Montréal, 1 750 € mensuel.

3ème Vice-président  du Conseil Syndical du Syndicat Mixte du Grand Site de la Cité de Carcassonne (OGS).

 

Marie-Christine BOURREL

Infirmière, cadre de santé de la fonction hospitalière.

Conseillère municipale à la maire de Belvèze du Razès

Conseillère Départementale du canton de Bram, 1 750 € mensuel.

 

Isabelle GEA

Employée de la fonction  hospitalière

Adjointe au Maire de Fabrezan, 1263 habitants, 627€

Conseillère Communauté de communes de la Région Lézignanaise, Corbières et Minervois, 30 396 habitants, en principe pas d’indemnités

Conseillère départementale du canton de Fabrezan, 1 750 €

 

Philippe CAZANAVE,

Retraité de la fonction publique hospitalière.

Ex-conseiller municipal de Carcassonne.

Conseiller départemental du canton de Carcassonne 2 , 1 750 €

 

Rose Marie JALABERT TAILHAN

Cadre administratif, chargée de la gestion des adhérents au sein d’une Cave Coopérative à Limoux.

Conseiller départemental du canton de Limoux, 1 750 €

 

Françoise NAVARRO –ESTALLE

Secrétaire générale de Mairie,

Conseillère départementale du canton de Rieux minervois, 1 750 €

Membre du bureau fédéral du part socialiste

 

Jean-luc DURAND

Retraité.

Conseiller municipal de Gruissan.

Conseiller départemental du canton de Narbonne 2 , 1 750 €

 

Didier ALDEBERT

Directeur général d’Alenis.

Maire de Vinassan, 2 549 habitants, 1 634 €

Conseiller communautaire du grand Narbonne.

Conseiller départemental du canton de Coursan, 1 750 €

Président de la Fédération des entreprises publiques locales de Languedoc-Roussillon

 

 

Robert ALRIC

Ancien chef d’entreprise retraité.

Ex-maire de Badens.

Ex-président de la communauté Piémont d’Alaric.

Conseiller départemental du canton de Trèbes, 1 750 €

 

 

Chloé DANILLON

Conseillère départementale du canton de Carcassonne 1 , 1 750 €

Membre du secrétariat fédéral du parti socialiste de l’Aude, Jeunesse / Mouvement des Jeunes Socialistes 

Secrétaire Nationale des Jeunes Socialistes à la Culture, au Sport, aux Loisirs, au Temps Libéré et au Numérique

 

Annie BOHIC-CORTES

Conseillère départementale du canton de Quillan, 1 750 €

 

Dominique GODEFROID

Conseillère départementale du canton de Sallèles d’Aude, 1 750 €

 

Henri MARTIN (Union de la droite)

Maire de Port-la-Nouvelle, 5 653 habitants, 2 090 €

3ème Vice-président du Grand Narbonne - Délégation Grands Projets, Commande Publique, 125 487 habitants,  2 508 €.

Conseiller départemental du canton de Sigean, 1 750 €

 

Nicolas SAINT-CLUQUE

Avocat à la Cour et au Barreau de Narbonne.

Conseillé municipal mairie de Narbonne.

Conseiller communautaire.

Conseiller départemental du canton de Narbonne 1, 1 750 €.

 

 

Pour mémoire, dans les communautés de communes, la loi ne permet pas de verser une indemnité à ces « simples » conseillers communautaires. Cette question ne trouve donc pas à se poser en l’état actuel du droit. La proposition de loi des sénateurs Gourault et Sueur visant à faciliter l’exercice, par les élus locaux, de leur mandat, adopté en deuxième lecture par le Sénat le 22 janvier 2014, comprend une disposition qui permettrait de verser une indemnité à ces conseillers communautaires

- 1 - - 2 - - 3 - - 4 - - 5 - - 6 - - 7 - - 8 - - 9 - - 10 - - 11 - - 12 -